De quel bois est fait l'artisan: mon parcours et la passion.

L'artisan à la loupe Dans cette zone du site, j'aimerais vous donner un aperçu de mon parcours, de ma vision du travail de luthier et de ce que j'attends d'un instrument. Dans Parcours ci dessous, vous avez accès à un petit récit accéléré des événements et des gens qui m'ont amené à ouvrir cet atelier de lutherie. J'espère que cela vous aidera à comprendre le contenu de "Un instrument sur mesure", qui résume ma manière d'aborder les instruments et leur fabrication. Bonne lecture aux curieux!
 

Parcours

Un instrument sur-mesure?

Pour aller plus loin...

Reportage

Choisissez un article ci-dessus.

J'ai été gamin bricolo, puis ado sur de drôles de machines bricolées et enfin étudiant découvrant les joies de la musique et de la lutherie conjointement avec un copain de promo. Après un diplôme d'ingénieur et 4 ans passés à analyser la résistance et le comportement vibratoire de systèmes mécaniques pour différentes grandes boîtes, je décide de monter cet atelier. Pourquoi un tel revirement ? La passion tout simplement !De ma première guitare à la création de cet atelier, il s'est écoulé 9 ans. Neuf ans qui ont vu mon âge augmenter d'autant (c'est assez pratique) et mon expérience s'enrichir de réparations, de réglages, de techniques de fabrication... Tout ce temps à jouer l'autodidacte, je l'ai passé dans les ateliers les plus improbables.

Les répartitions de contraintes, la rigidité et l'amortissement sont des domaines bien connus des ingénieurs, mais le dépilage du bois dans les scieries, le séchage, le choix des essences, le coup de main du menuisier, c'est une autre paire de manches! Alors j'ai appris. Toujours avec la passion de découvrir, de comprendre et d'analyser. Et plus j'apprends, plus je me rends compte de l'étendue des connaissances et des coups de main à acquérir. Le travail de la nacre, les subtilités des vernis, autant de domaines que j'ai abordés avec cette envie d'apprendre et de faire toujours mieux, toujours plus fin. L'apprentissage sans fin d'un métier d'art, quoi!

Je fabrique des instruments 100% sur mesure, des pièces uniques faites à la demande en fonction de chaque musicien. En premier lieu, un instrument doit être confortable et adapté au jeu et à la morphologie de son propriétaire. Cela paraît évident, mais c'est un obstacle majeur quand vous recherchez dans la production industrielle actuelle l'instrument qui vous permettra de jeter vos phrasés et vos grooves à la face du monde ou des plantes vertes du salon. Ensuite, cet instrument doit avoir le son que vous voulez entendre quand vous jouez. C'est ce qui amène l'inspiration quelquefois, le plaisir toujours. Le choix des micros, de leur câblage, de la technique de construction et des essences sera donc orienté dans ce sens : tous mes choix techniques sont réfléchis et analysés enfonction de mon expérience de guitariste et de mécanicien. Enfin, je garde toujours à l'esprit que le son d'une guitare et son confort restent des goûts personnels mais cela ne m'empêche pas de garder un oeil critique sur ce qui est réalisé et réalisable... et sur mon travail en premier lieu!

Que l'on ne s'y trompe pas : je ne méprise pas les instruments de série. Leo Fender était un excellent ingénieur dans le sens où il a su industrialiser la fabrication d'une guitare par ses choix de conception. Ses instruments restent néanmoins perfectibles du point de vue du fonctionnement. Que le son d'une Strat ou d'une Les Paul soit devenu un standard (que j'aime moi-même) est autant une raison historique, au vu de la démocratisation que cela a représenté pour la guitare ou la basse électrique, qu'une raison de culture musicale. En effet une grande partie des albums que nous écoutons ou avons écouté sont enregistrés avec ces grands standards de la lutherie électrique, éduquant ainsi notre oreille et devenant de fait, que nous le voulions ou non, des références sonores. Le son imparfait et sale d'une vieille guitare peut faire des merveilles entre les mains d'un bluesman, comme les dernières basses actives ultra-modernes en carbone peuvent mettre en valeur la musicalité du jeu d'un bassiste moderne : tout n'est que choix ergonomique, choix sonore, choix musical. Pas d'instruments nobles à mes yeux, ils font tous de la musique quels que soient vos moyens ; pas de bois nobles non plus, tous peuvent brûler comme faire un instrument merveilleux dans les doigts d'un artisan. Il n'y a que des choix, à moi de vous aider à les faire!

J'apparais dans ce reportage réalisé par Martin Dubu dans le cadre d'un concours national de jeunes reporters. Le but n'était pas de présenter mes instruments, ni de faire une pub, mais seulement de faire découvrir certains aspects de mon travail. Pour le visionner c'est par ici (format mpeg, taille 32Mo).
 
Valid HTML 4.01 CSS Valide !  -  Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.  - www.guitares-roiron.com version 2.1.2